OMAN: QABOUS LEN YASQATE A MASCATE

Publié le par El Hiya

Même à Oman il y’a eu un soulèvement populaire, il y’a eu mort d’hommes d’ailleurs. Le sultan Qabous, qui dirige le sultanat depuis 40 ans, n’est donc pas à l’abri du vent de contestation arabe. La réaction des autorités au pouvoir, envers les manifestants, n’a pas failli à la règle : Les blindés ont tout de suite fait leur apparition pour mater la rébellion. Les privilégiés du système ont organisé, sur les chapeaux de roue, des marches de soutien au monarque. Habillés d’une façon traditionnelle qu’on dirait des clones de Qabous, ils ont arpenté les rues en silence et à vive allure, que cela se voyait comme le nez dans le visage, que ça n’a rien de spontané. Les insurgés n’ont pas dit au souverain d’Oman : « Dégages ! », comme en Tunisie et en Egypte, mais ils ont demandé l’amélioration de leur conditions de vie (emploi, augmentation des salaires), mais aussi des poursuites judiciaires contre des ministres qu’ils accusent de corruption, en outre il est exigé de ces derniers de démissionner. Le sultan Qabous a quand même annoncé quelques mesures, pour apaiser les tensions, notamment un remaniement ministériel, le versement d’allocations supplémentaires pour les chômeurs et la création de 50 000 emplois. Mais cela a semblé insuffisant aux manifestants qui ont continué à camper sur les places à Mascate et Sohar où ils occupaient la place de la terre. Cela se passait début mars, depuis les choses semblent être revenues à la normale, en tout cas sorties des feux de la rampe. L’ouragan est-il passé ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article