CHECK-POINT GRAREM OU LE MUR DE BERLIN VU DE GRAREM

Publié le par El Hiya

Célébration très symbolique aujourd’hui (je dirais plutôt hier, le sujet ayant été posté à 0h.03) de la chute du mur de Berlin. Une grande kermesse a été organisée, à l’occasion, à Berlin sur le site même du mur. Cela fait 20 ans, comme le temps passe vite ! Mais que de souvenirs cela nous rappelle! J’essaye de me remémorer le contexte d’alors à Grarem, et ce n’était pas si reluisant déjà. J’habitais une cité HLM style Ceausescu, dépourvue d’espaces verts, poussiéreuse en été et boueuse en hiver. Les robinets d’eau toujours secs, chauffé au mazout ou au gaz butane, par des poêles (Alpha Bötez Yougoslavie et Superser Espagne) vendus sous le manteau dans l’unité SNNGA (Société Nationale des Nouvelles Galeries Algériennes, SVP) ou le souk el fellah du coin, en concomitance avec une pioche et 2 seaux en plastique. La préférence nationale revenait aux  téléviseurs couleur type CT2, d’ENIE Sidi Belabbes) et aux réfrigérateurs ENIEM (Tizi-Ouzou). Mon salaire de fonctionnaire était des plus bas, mais à force d’acrobatie auprès de ces unités d’état et les prix des produits de première nécessité soutenus par l’état, j’arrivais à m’en sortir. Mes petites joies étaient la visite, chaque matin, chez mon buraliste attitré où j’avais une chemise cartonnée (abonnement), avec mon nom inscrit dessus et les titres des quotidiens et périodiques préférés. Chaque jour c’était « pochette surprise », je trouvais El Moudjahid, Horizons pour les quotidiens nationaux, le monde parfois pour la presse étrangère, Algérie actualité, Révolution africaine, Parcours maghrébin, Actualité de l’émigration, Construire, Les 2 écrans, pour les hebdo nationaux et l’Express, le Nouvel Obs, Le point, Paris-Match, Elle !!?? (Si, si), Sciences et Vie, cinéma, and more, pour les revues françaises. Le soir après les heures de travail, c’était télé nationale pour tout le monde, les télévisions par satellite n’étant pas encore parvenues à Grarem. On était obligé de se taper toutes sortes de feuilletons du moyen orient ou des séries américaines telles que « L’homme qui tombe à pic », « Super Jaimie », « Starsky et Hutch », « CHIPS » et autres « Hulk ». Mais la soirée du jeudi, on nous gâtait toujours avec un film d’action récent qu’on attendait toujours avec impatience. La vie politique en Algérie était libérée déjà, grâce à la secousse du 5 octobre 1988. Les débats à la télévision et dans les journaux étaient passionnants. Le multipartisme était déjà consacré par la constitution de février 1989. Chose qu’on croyait inconcevable. C’est pour cela que la démolition du mur de Berlin, le 09 novembre 1989, n’était pas une surprise pour nous en Algérie, car notre mur à nous (psychologique) l‘a été en octobre 1988 déjà, mais quelle joie quand même de voir que la grande arnaque du siècle et qui a duré 70 ans était entrain de partir en morceaux. Malheureusement pour l’Algérie, la recréation a été de courte durée, et après l’espoir, la descente aux enfers a commencé pour en arriver à une situation que n’aurait jamais pu imaginer Kafka lui-même.      

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article